Cathédrales  de la nature,  grimpant  de plus en plus haut à chaque saison!

À  l'automne votre vert  tourne au rouge , est-ce de colère avant de mourir ?

Avez-vous donc si peur?  Autant vous nous charmez au printemps

100_0412

100_0409

100_0408

100_0406

Par vos verts tendres , autant vous nous réjouissez à l'automne

 Par vos rouges flamboyants.

Vous transformez nos paysages , vous nous gratifiez de belles images.

 Les peintres se disputent les plus belles chaises à vos pieds de géants.

 Le vent fait virevolter vos feuilles  qui bruissent et qui s'agitent .

Il est doux à l'approche de ma mort de recevoir de vous de tels accords!

Vous voulez les garder , mais le vent contraire les glisse

 Au petit matin devant ma porte en un tapis crissant.

Pensive derrière ma croisée, je raisonne:

Que voilà un beau poème que vous m'inspirez  cet automne!

 Il sort de moi comme en évidence  et  tandis que rayonne un jour nouveau,

 Le ciel infaillible  imprime sur mon front des rides de l'âge...

 À l'horizon un voile de brume monte sur les branches  prêtes à quitter la saison.

Salut arbres de mon parc, salut cathédrale de géants, vêtus de couleurs,

Dépêchez-vous de les semer à tous vents car la nature sur son déclin

 Laisse planer un présage de renouveau pour un prochain printemps.

Blandine Meil