24 août 2013

Les survivantes

Quatre générations plus tard une nouvelle Marie-Jeanne est fière de porter son prénom    Au pays des menhirs et des dolmens ... Blandine et Annette.     Annette et moi sommes les deux  seules survivantes de cette famille de kerscoulet. Bien que nous ayons dépassées les «quatre rangées de Vingt», nous sommes assez en forme, surtout en santé mentale. Nous avons connu le temps des coiffes et des sabots de bois, des brouettes, des charrettes, des voitures hypo mobiles et automobiles et nous  nous... [Lire la suite]

21 août 2013

2000 visiteurs !

    Nous avons dépassé  le 2000ème visiteur! Bravo et merci à mes lecteurs ! Cela vaut bien un poème sans doute!     J'ai longtemps chanté sur les collines de Kerscoulet Où je vivais sereine et insouciante Bercée par la musique du vent dans les genêts.   Un jour je m'embarquai pour Montréal Laissant derrière moi, tous ceux que j'aimais le coeur gros mais l'espoir plein les malles.   Aujourd'hui, à l'heure où mes os se dilatent Sans regrets, mais riche de ma progéniture J'aspire au... [Lire la suite]
19 août 2013

Le temps de l'ouvroir

    OÙ suis-je ? peut-être la deuxème à partir de la gauche en manteau clair. Merci à Annick Pelleteur pour le partage des photos... Les deux aînés avec les religieuses sont les fondateurs de l'école Sainte Jeanne d'Arc. Vous reconnaissez-vous sur l'une de ces photos ? Identifiez-vous en écrivant à l'auteur...merci...     Le temps de l'ouvroir à Esquibien chez les religieuses fut un temps de bonheur. Après la mort de Bernadette, j'ai hérité de sa bicyclette. Vive les coups de pédales même en sabots de... [Lire la suite]
14 août 2013

Péri en mer - perdu en mer

          Beau goéland dessus la mer jolie Beau goéland as-tu vu mon galant? Dis-lui mon nom de peur qu'il ne l'oublie.... Au Cap Sizun, dans ce pays de marins au long cours et de célèbres capitaines, nombreuses sont les familles qui comptent des «Péris en mer». Que ce soit dans un naufrage sur les mers lointaines du globe terrestre où simplement  dans la navigation côtière, il suffit de se promener dans les cimetières du Cap Sizun et de découvrir sur les plaques de marbre d'une tombe sur... [Lire la suite]
11 août 2013

Un entre-mets ou entretexte

    Ad Augusta per Angusta!   (À de grands résultats par des voies étroites)   Quel heureux hasard! Voici ma propre devise déjà inscrite dans les pages roses du Larousse! Quand je retourne sur mes pas, je vois  la route parcourue depuis les chemins creux  de ma tendre enfance dans la lande bretonne, et je m’en étonne moi-même!  J’ai coloré ma vie de petits gestes quotidiens qui sont devenus des embrassades. Chacun de mes actes a suivi des lacets en spirales pour toujours  aboutir dans une... [Lire la suite]
03 août 2013

La courageuse vie des soeurs Goraguer

                        Marie-jeanne Goraguer Et ma soeur Céline ....    Les deux soeurs... [Lire la suite]

28 juillet 2013

Les mains

À mes nombreux lecteurs, et lectrices, en remerciements de vos visites ainsi que pour le partage  de mon blog, ce qui m'a permis d'atteindre mon 1500ème visiteur en trois mois d'activités,   je vous offre cette poésie libre  sur les mains. Peut-être aussi pour sortir de l'émotion de «la source intarissable» qui a l'air de toucher bien du monde.   Un peu de légèreté ça fera du bien !!! Merci à Tous !           Depuis les temps immémoriaux ce sont les mains qui ont accueilli... [Lire la suite]
27 juillet 2013

La source intarissable

      De gauche à droite: Rosalie, Annette, Blandine. Escragnolles, le village qui l'avait adopté. A droite Céline dans une rue de Paris. De la saison de boue à la saison de poussière en passant par le temps des fleurs, des foins et des récoltes, kerscoulet vibrait au rythme de ses humeurs. La vie, la mort faisaient parties de notre quotidien... Céline de trois ans plus jeune que moi n'ira pas à l'ouvroir . Elle aurait voulu continuer l'école supérieure comme Annette. Durant un été,  elle travailla à... [Lire la suite]
26 juillet 2013

Le roi Béhanzin

     «On voit de la flamme aux yeux des jeunes gens, mais dans l’œil du vieillard, on voit de la lumière» ( Victor Hugo) C’est ce qui me surprenait chez mon vieil oncle Guillou ! Tonton Guillou Baraou, frère de ma grand-mère Catherine. Ses yeux vifs et pétillants, brillants de lumière. Il était toujours suivi de sa Rose, tante Rose Meil, sœur de mon grand-père. Frères et sœurs avaient mariés le frère et la sœur. Un beau chassé-croisé. Mais quel vécu il avait ce vieil oncle! Engagé dans la coloniale, il avait aidé... [Lire la suite]
09 juillet 2013

Sous l'occupation

   Sur la Photo: à gauche Céline, au centre: Blandine et à droite: Rosalie.   Ils sont arrivés! En pétaradant ! En motos, en sidcars, en camion recouverts de bâches. Tant de bruit sur nos routes si paisibles d'habitude effraie la population. Que peut faire  cette population contre l'envahisseur? sinon continuer à travailler, aller aux champs où sortir en mer. Il faut se nourrir, car on n'arrête pas de vivre ni de respirer même si nous devons partager notre bon air salin  avec l'ennmi Allemand. Tout... [Lire la suite]