17 octobre 2014

Il était une fois

 A rue Kreiz ker, la rue du milieu du village.   Heureusement que nous avons nos poètes pour nous réveillez  notre mémoire. Théodore Botrel: «Les chemins bretons sont des fantaisistes, ils vont de travers au lieu d'aller droit» dit la chanson. Lorsqu´en les jardins s´ouvrent les pervenchesIls sont aussi beaux, les chemins bretonsAvec leurs fleurs d´or, avec leurs fleurs blanchesLes chemins bretons ont des hannetonsBourdonnant le soir comme des abeillesEt des chants d´oiseaux dits sur tous les tons.   ... [Lire la suite]

19 juillet 2014

les marchands ambulants

      Dans notre campagne rurale retirée, rares étaient les marchands ambulants. Nous les voyions arriver surtout en été. Trois d'entre eux  me reste encore en mémoire.  Le premier c'est une femme que nous appelions Ti-Philomène.  La vendeuse de sardines. Elle pouvait arriver à n'importe quelle heure du jour. C'était selon la marée et la rentrée au port  des pêcheurs de sardines. Elle arrivait d'Audierne avec sa petite charrette à bras qu'elle tirait derrière elle, pleine de glaces (et... [Lire la suite]
Posté par plumesetmots à 20:22 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
15 juin 2014

École de Primelin 1930

  École de Primelin 1930 Je n'ai aucun souvenir  de ma première journée d'école. Mon plus lointain et précis souvenir  est de voir Madame Fablé , craie blanche en main, écrire la date du jour au tableau. Lundi 6 septembre  1930. Demain ce sera: mardi  le 7 septembre et elle soulignait le chiffre. Ensuite mercredi 8 -jeudi 9 -vendredi 10 et samedi 11 Ce sera ainsi jusqu'au 30 septembre 1930 , c'est à dire jusqu'à la fin du mois. Après Septembre ce sera le mois D'Octobre , suivi de Novembre et Décembre,... [Lire la suite]
06 juin 2014

Ça prend un village pour éduquer un enfant.

Notre humoriste Québécois de descendance Sénégalaise, Boucar Diouf  nous répète souvent cette phrase: «Comme  mon grand-père me disait» : Ça prend tout un village pour éduquer un enfant! Ô ! combien il dit vrai quand je repense à mon enfance à Kerscoulet. Nous avions comme voisin immédiat Monsieur Moallic. Sa maison était mitoyenne à la nôtre.  Un tout petit penn ty à la façade en pierre de taille. Nous ne l'appelions pas Monsieur. Nous l'appelions tonton et comme son prénom était Yvon. C'était donc «Tont-Yvon». ... [Lire la suite]
10 mai 2014

Vivre en autarcie

En regardant «Rendez-vous en terre inconnue» , en réfléchissant à ces peuples africains et autres coins de la planète, vivant en autarcie, se suffisant presque à eux mêmes, je me suis vue à kerscoulet dans les années 30, 35. Notre petit monde nous suffisait. La grande ville était loin et seuls les adultes allaient à la foire ou au marché et nous rapportaient ce qu'ils avaient vu  et entendu de la bouche d'étrangers car en dehors du village ou de la paroisse tout nous était étranger. Lorsque nos fûmes assez grandes,... [Lire la suite]
03 août 2013

La courageuse vie des soeurs Goraguer

                        Marie-jeanne Goraguer Et ma soeur Céline ....    Les deux soeurs... [Lire la suite]
05 juin 2013

Le pardon de Saint-Chrysante

  Notre fierté «Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans  ne peuvent pas comprendre» La procession le jour du pardon   La fontaine à l'intérieur de la chapelle, avec son eau guérisseuse des rhumatismes  et la statue du petit saint Chrysante. La chapelle de saint- Chrysante dans la vallée.     Notre fierté à nous, gens de Kerscoulet, c'est notre chapelle située à mi-colline dans le roz, à l'abri d'une pente rocheuse;  Sise là comme si on s'était servi des moellons tirés de... [Lire la suite]