Échange interculturel et Intergénérationnel

 

 

Mardi le 16 octobre dernier, nous avons reçu aux HNA , une quinzaine d’étudiants du Collège Rosemont , voisin de notre résidence. C’est la première fois que nous avions ce genre de contact intergénérationnel et interculturel.

Les étudiants en question, sont des adultes immigrants, étudiant en immersion de français. Ils viennent des quatre coins du monde. Le but de les recevoir était la pratique de la conversation française avec les aînés du quartier, car la plupart d’entre eux y habitent déjà. Certains sont célibataires et d’autres sont de jeunes parents avec femmes et enfants.

La connaissance du Français est importante au Québec pour s’intégrer et se trouver du travail.

 

Ils étaient accompagnés de la directrice du programme et de leur enseignante. Pour elles aussi c’était une première, dans ce genre d’échanges.

Après avoir jumelé les étudiants et les aînés, des jeux préparés au préalable par leur enseignante furent distribués sur chaque table.

La conversation débuta par montrer sur une carte du monde de quel pays chacun était originaire . Je vous en nomme quelques uns . L’Égypte, Cuba, La république Dominicaine, La Russie, La Moldavie, Le Vietnam, La Pologne, Les État-Unis (Vermont) La Chine.

Parmi nos aînés aussi, il y en avait venu de France, d’Haiti et de plusieurs régions du Québec.

Le second jeu fut très animé et très apprécié. Sur un jeu de serpents et d’échelles modifié (notre invention), selon les dés jetés, nous devions piger dans une enveloppe, des questions d’intérêt général. Lors d’arrêts des dés sur des cases blanches, le joueur avait droit de poser une question de son choix.

Lorsque vint mon tour de me présenter et de dire que je venais d’une région de France appelé Bretagne , ils n’avaient pas l’air de connaître. Alors j’ai posé la question: Connaissez-vous Astérix et Obélix? Ha oui certains connaissaient... Je viens de ce pays!

Ce furent des jeux très animés où chacun dû y mettre l’effort pour comprendre l’autre. Un café et des biscuits furent bien appréciés.

Ils sont jeunes, ils sont beaux , ils sont courageux. Je leur souhaite de réussir dans leur nouveau pays.

Je me suis vue à leur âge, arriver ici avec mon mari et nos deux filles. Nous avions la chance de parler le français. Mais nous avions tant d’autre chose à apprendre, comme les habitudes des gens, les us et coutumes, les lois, tellement différentes. S’habituer au climat, à l’éloignement de nos familles, se refaire des amis .

Aujourd’hui on parle de traumatisme quand on parle de tout quitter pour s’expatrier. Heureusement que je ne connaissais pas ce mot. Le malaise qui m’envahissait parfois, j’ai appris à le refouler en dedans de moi. Affronter la vie est un défi . Ca prend l’insouciance de la jeunesse pour y arriver.

A Sylvio, Christina et Mina, et les autres je dis: Courage, la vie est belle , votre jeunesse est un atout. Pensez à vos rires dans cette rencontre aux Habitations Nouvelles Avenues.

Blandine Meil