clodète 1

clodète 2

 

 

Nous sommes arrivées ensemble à la résidence, il y a six ans.

On nous a placé à la même table pour le dîner. Nous avons été fidèle à ce rendez-vous quotidien. Une heure de conversation  timide au début, puis de part et d’autres des confidences  sont venus remplir notre temps de repas. Nous avions des passe-temps communs.  L’ordinateur , la peinture. Elle s’appelait Claudette  et signait des tableaux d’un beau nom de plume : Clodète. C’était une artiste ! dans son âme et dans son coeur. Je l’ai connue joyeuse mais toujours discrète. J’ai vu cette maladie au nom de crabe  la miner  au cours de ces années. Quelques jours avant son dernier séjour à l'hôpital, elle m’a dit : Blandine ! Est-ce que je peux aller caresser ton chat, il me semble que ca me ferait du bien. Bien sur j’ai accepté !  Elle est venue quelquefois, elle ne  restait jamais longtemps, puis retournait à sa souffrance .

De séjour en séjour à l'hôpital, elle aboutit au centre palliatif sur le bord de la Rivière des Prairies, qu’elle voyait de sa fenêtre de chambre, dans une belle unité de soins nouvellement construite, moderne, claire et bien meublée où l’on fut aux petits soins pour elle. ( ce furent ses mots ) Je me rappelle de son beau sourire quand je lui rendis visite à cet endroit.

A chacun de mes  anniversaires, Clodète me gratifia  d’une carte faite de ses mains habiles . Je vous en mets deux exemplaires ici. Un paysage doux à l’automne  au parc Bellerive où l’on devine le fleuve qui coule en arrière plan . L’autre, un vase coloré qui exprime bien  les couleurs de sa vie intérieure.

Ainsi sont certaines personnes, elles nous marquent par leurs manières de passer au travers de leurs souffrances, par les joies qu’elles sèment   dans nos vies, par leur silence qui se transforme en souvenir.  Pour moi,ce silence s’appelle Clodète !

 

Blandine Meil

23 Novembre 2017