65 ans 8

65 ans 12

65 ans 11

65 ans 10

65 ans 3

65 ans de Popol

65 ans 2

L'anniversaire est aujourd’hui tellement en vogue qu’on en oublie, d’une part, qu’il s’agit d’une mode récente et, d’autre part, que les dates anniversaires ne sont pas sans effets psychiques. L’ouvrage de Françoise Lebrun (1987) et l’article de Jean-Claude Schmitt (2007) soulignent cette dimension anthropologique méconnue de l’anniversaire.

65 ans 6

65 ans 9

En effet, l’anniversaire individuel de naissance fut d’abord prétexte à d’orgiaques agapes dans l’antiquité latine, avant d’être condamné en tant que péché d’orgueil par l’église catholique qui lui substitua, sous l’impulsion de saint Augustin, la fête du saint patronymique pendant près de mille ans !(Merci  Saint Augustin) Il fallut attendre que la réforme protestante conteste le culte des saints et que l’âge d’état civil devienne un puissant régulateur des parcours de vie pour voir réapparaître l’anniversaire de naissance à l’époque moderne, au XVIIe siècle en terres protestantes et au XXe siècle en terres catholiques. C’est pourquoi les langues anglo-saxonnes distinguent l’anniversaire de naissance (birthday, Geburtstag) des autres anniversaires (anniversary, Gedenkstag). Et c’est ainsi que, jusque dans les années 1950, les anniversaires des enfants étaient très peu fêtés en France, voire interdits dans les institutions catholiques. Longtemps réservé aux enfants, aujourd’hui encore réfuté par l’islam, le bouddhisme et les témoins de Jéhovah, l’anniversaire ne s’étend en France à tous les âges qu’à partir des années 1970. Car les seuls anniversaires traditionnellement reconnus par l’église catholique étaient ceux de la naissance et de la mort du Christ (Noël et Pâques) et ceux du sacrement du mariage

Or, l’anniversaire est aujourd’hui devenu omniprésent. Il envahit les agendas, les médias, les publicités, la vie culturelle et politique, les romans et le cinéma. Les commémorations s’empilent et se succèdent, qu’elles soient politiques, culturelles, historiques,  (les quatre cents ans de la fondation de la ville de Québec) ou anecdotiques (les quarante ans de McDonald). Cette emphase commémorative répond certes à l’actuelle obsession mémorielle : devoir de mémoire, histoires de vie, bilan de compétences, validation des acquis de l’expérience, traçabilité, archivage des données, conservation muséale, etc. Mais ce culte anniversaire n’en finit pas de s’étendre, jusqu’à l’anniversaire individuel de naissance fêté à tout âge avec de plus en plus d’engouement. Il est pour le moins remarquable que, dans une culture qui valorise la jeunesse et redoute la vieillesse, on soit si empressé de fêter son âge. Car l’anniversaire individuel ne met pas en jeu la seule mémoire. Il a surtout pour fonction de jalonner l’avancée en âge d’année en année : annus-versus, « là où verse l’an ». Ce faisant, il marque l’inéluctable éloignement de la naissance, donc l’inéluctable rapprochement de la mort. Pourquoi, dès lors, tellement le fêter ?

Réponse de Blandine : parce que de nos jours avec la télé qui nous déverse les drames d’un bout à l’autre de la planète , nous avons souvent le coeur gros et la larme au coin de l’oeil. Rares sont les moments  de rire. Alors nous devons les réinventer.  

C’est ce qu’a fait ma petite fille  en organisant une fête surprise à sa mère qui a  eu 65 ans le 7 septembre.

Ma fille rêvait d’une fête à l’italienne avec une grande tablée  dehors. Chacun devait porter un morceau de vêtement blanc. La surprise fut bien  gardée même par les arrières petits. La grande tablée avec une quarantaine de chaises blanches l’accueillirent dans la cour.Des fleurs champêtres garnissaient les tables. Sur chaque assiette, un brin de romarin attisat nos sens olfactif. Les bulles pétillantes délièrent les langues et les assiettes bien garnies remplirent les estomacs. Pour la soirée  devenant un peu fraîche,les invités avaient prévu leur petite laine et Jean-Luc,le gendre eut vite mis en place  deux lampadaires chauffant. Des guirlandes de  lumières mirent de l’atmosphère ambiant et la terrasse trembla sous  quelques pas de danse. Zachary y alla de sa petite chanson et de sa guitare.

Pour moi aussi cet anniversaire est toujours un double souvenir car il y a 65 ans et 9 mois que nous sommes venus  demeurer au Québec.

 Les occasions de pleurer arrivent sans notre permission et nous nous serrons les coudes souvent pour le faire . Raison de plus pour ne pas oublier  les occasions de fêter joyeusement. *Annus Versus * Là où verse l'an ! je l'aime cette maxime d'anniversaire.  

Blandine Meil.